PAVICC
Actualités

Revue mensuelle de chantiers à Bohicon : des avancées timides

Le mercredi 25 janvier, l’étape de Bohicon marquait la 2ème journée de visite des membres de la CCP PAVICC et à la mission de contrôle sur les chantiers des chantiers contenus dans le lot exécuté par l’entreprise Razel Bec. La mairie de Bohicon était représentée à cette rencontre par le Responsable des Services Techniques et du chef Service Voirie Urbaine, de la Signalisation et des Réseaux Divers.

Au nombre des problèmes environnementaux que connaît la ville de Bohicon figurent les inondations causées par le déferlement des eaux de ruissellement provenant des communes voisines de Djidja et de Zakpota. Comme solution à ce problème, le PAVICC prévoit la réalisation d’un collecteur de crête destiné à recueillir les eaux pluviales et l’aménagement urbanistique et paysager d’une promenade de 8 hectares le long du collecteur. Le collecteur de crête de Bohicon s’étend sur un linéaire de 8,4 kilomètres. La visite de site révéle que l’ouvrage est à un taux de construction de 27,22% Concrètement, les travaux de dégrossissement voire d’approfondissement de fouilles se déroulent sur une grande partie du chantier. Le terrassement est en cours sur une autre section et plus loin, sur une autre section, la pose de béton de propreté à démarré.

Le cas du village souterrain d’Agoingointo

Outre les innondations ayant retardé l’évolution du chantier de juillet à octobre, la découverte en grand nombre des trous archéologiques sur le périmètre d’Agoingointo induit, pour le moment un ralentissement des travaux à certains endroits. Dans le rapport ayant sanctionné les études qu’il a effectuées sur le site, l’archéologue a suggéré qu’avant une quelconque exploitation du site, il serait nécessaire de procéder à une évaluation de l’ampleur des vestiges afin de savoir s’il y a suffisamment d’éléments pour en faire un site touristique. À l’étape actuelle, l’avis de l’archéologue est attendu pour savoir la conduite à tenir. Des informations recueillies sur le terrain, deux possibilités s’offrent. La première option voudrait qu’au ̀cas où la découverte serait importante, l’on procède au classement du site en tant que site touristique et que l’on definisse un nouvel itinéraire pour l’ouvrage à réaliser. La seconde option intervient lorsque la découverte n’est pas suffisante pour être valorisée. Là, on continue la réalisation des travaux dans la zone concernée. Sur la base technique de l’entreprise Razel Bec, l’aire de préfabrication de dalettes, de pavés nécessaires aux travaux de maçonnerie est en cours de réalisation, tandis que l’aire de lavage est totalement installée.

Des recommandations pour une bonne exécution des chantiers

À la séance de synthèse qui a eu lieu après la visite de terrain, la specialiste des questions environnementales au sein de la CCP PAVICC sur la base du plan de gestion environnementale et sociale du projet a recommandé entre autres, l’installation de toilettes mobiles le long du collecteur pour permettre aux ouvriers de travailler dans des conditions respectueuses de l’environnement. Le port de masque a été aussi recommandée pour les geste anti-civid. La pose de dallettes amovibles sur centaines sections a été aussi recommandée pour prémunir les riverains contre des cas d’accidents, …

Articles Similaires

Dédommagement des personnes affectées par le PAVICC

Landry HOUNNOU

PAVICC au Bénin : 02 contrats signés au profit de 04 communes

Landry HOUNNOU

Sèmè-Kpodji, une vulnérabilité climatique de forte amplitude

Landry HOUNNOU

Laissez un commentaire