PAVICC
Actualités

Atelier de validation du rapport d’évaluation du PDC 2ème génération de la commune de Cotonou

Faire de la planification-climat le coeur du nouveau PDC

La mairie de Cotonou a validé, le 19 octobre 2022, le rapport d’évaluation de son Plan de Développement Communal deuxième génération (PDC2).  Lancé officiellement par le 1er adjoint au maire, l’atelier consacré aux travaux a réuni les membres du comité de pilotage mis en place à cet effet. Les cadres techniques de la cellule de coordination du Programme d’Adaptation des Villes au Changement Climatique (PAVICC) ayant accompagné le processus étaient aussi presents à cet atelier  

Le Plan de Développement Communal (PDC) en cours dans la commune de Cotonou arrive à son terme le 31 décembre 2022 et son évaluation conditionne la mise en place du nouveau PDC que la plupart des communes envisagent d’une nouvelle génération, c’est à dire qui intègre la planification-climat, la durabilité des villes et une plus grande capacité de mobilisation des ressources propres aux communes. A quelques semaines de la date butoire, les autorités municipales de Cotonou font le point des actions menées pour analyser les forces et faiblesses qui serviront d’intrants à l’élaboration du prochain PDC. Le Programme d’Adaptation des Villes au Changement Climatique (PAVICC) offre un appui technique à la Mairie de Cotonou dans ce processus de renouvellement des instruments de planification urbaine. La mission d’élaboration des documents de planification stratégique est confiée au groupement URBACONSULTING/AGENCE PERSPERCTIVE/RICH’ARC  . L’atelier au cours duquel l’évaluation du PDC a été dévoilée offre l’occasion aux parties prenantes d’apprécier le rapport des experts et de formuler des recommandations pertinentes en vue de faire du PDC3 à venir, un outil plus performant et mieux adapté aux besoins de la ville, et sensible aux effets du changement climatique.

Après 5 années de mise en oeuvre du PDC2 de Cotonou , le taux d’exécution physique enregistré est de 42,9℅. Pour autant, le PDC 2 ne manquait pas de vision. Il projetait de faire de Cotonou, “À l’horizon 2022, une ville bien gouvernée, attrayante, sécurisée, résiliente, à économie prospère avec une administration performante”. Cette vision construite autour de 5 programmes et 45 projets n’a pu aller se réaliser qu’à 40%. L’une des grandes difficultés qui justifie ce faible taux d’exécution du PDC2 de Cotonou s’expliquerait par le défaut de financement lié à la faible capacité de mobilisation des ressources et  une contreperformance de l’administration, ainsi que le mauvais suivi des prestataires.  La plupart des projets inscrits dans ce secteur ont atteint un taux d’exécution en dessous de la moyenne. C’est le cas par exemple, du projet d’entretien des espaces verts et places publiques dans la ville, réalisé à seulement 20 %, le projet de modernisation de l’agriculture urbaine contenu dans le PDC2 a atteint 40 %, et le projet de construction et de modernisation des infrastructures de la pêche a été exécuté à 10 ℅. Cependant dans le domaine du renforcement des ressources humaines et de l’économie, les projets ont connu des taux de réalisation plus ou moins acceptables. Il s’agit entre autres de la mise en place d’un cadre organique et du renforcement des capacités des cadres réalisé à  100℅, la mise sur pied d’un système moderne de collecte des taxes dans les marchés et des impôts sur domaines effectué un taux à  55 %.  L’apurement des dettes de la mairie prévu au PDC2 est exécuté à un taux de 75 ℅.

La maîtrise de l’occupation du sol, la clé de voûte

L’unanimité se fait autour de la maîtrise de l’occupation du sol comme l’une des solutions clés contre les inondations dans la ville de Cotonou. Des changements importants sont attendus avec la mise en oeuvre du PAVICC. Ce programme pilote du PAG, en cours dans 4 communes du Bénin dont Cotonou, dotera les villes bénéficiaires d’outils indispensables à la maîtrise du développement urbain, en plus de la construction infrastructures d’assainissement pluvial. Un accent particulier est mis sur l’accroissement des capacités de résilience des villes aux effets du changements climatique, a fait savoir l’expert en changement climatique du PAVICC. A l’étape actuelle des débats sur la fin du PDC2 et le début d’élaboration du PDC3, le PAVICC se donne pour objectif d’accompagner les autorités de la ville de Cotonou à intégrer les outils de planification urbaine tel que le Plan Directeur d’Urbanisme(PDU) dans le prochain plan de développement communal (PDC). A cet effet, la maîtrise de l’occupation du sol constitue un enjeu majeur. 

On aura un plan directeur d’urbanisme auquel sera annexé un règlement d’urbanisme. Ce qui veut dire que l’occupation du sol sera mieux organisé et contrôlé grâce au PDU. Les types de construction à ériger seront définis par zonage et les espaces sensibles seront identifiés et préservés. Le PDU est un outil important qui va faciliter la délivrance des permis de construire

explique l’expert du PAVICC

Selon l’expert, l’autre cheval de bataille de la Commune sera de donner les chances au prochain PDC d’atteindre un taux de réalisation plus élevé.

Les acteurs sont associés depuis l’élaboration du document où ils ont l’occasion de se l’approprier pendant tout le long du processus. A l’entame de cette mission, il y a eu un plan d’engagement des parties prenantes qui définit le rôle de chaque acteur, à quelle étape il intervient. Donc à la fin, les spécialistes de la mairie se seront déjà appropriés le contenu des documents. Ils sauront exactement à quel niveau ils sont censés intervenir et également où obtenir l’information et comment les mettre en application

À la fin des travaux, les participants ont validé le rapport mais ils ont convenu de poursuivre la collecte des recommandations en vue de recueillir un maximum d’amendements et de contributions des parties prenantes pour sa finalisation.

Articles Similaires

Mission de revue des chantiers : près de 40% de taux d’exécution à Comè

Landry HOUNNOU

Travaux de pavage et d’assainissement à Comé: Les sites officiellement remis à l’entreprise YELHY TECHNOLOGY AFRICA SA

Landry HOUNNOU

Indemnisation des préjudices socio-économiques induits par l’exécution des travaux du PAVICC: 174 personnes affectées par le projet reçoivent leurs chèques

Landry HOUNNOU

Laissez un commentaire